Fondation Général Bigeard

a pour objet de perpétuer l'oeuvre et la mémoire de Marcel Bigeard en s'attachant notamment à promouvoir auprès de la jeunesse les valeurs de courage et de fierté de la patrie, dans l'esprit du général.

La dernière demeure du Général Bigeard

Les cendres du général Bigeard ont été transférées au Mémorial des Guerres en Indochine à Fréjus mardi 20 novembre, en présence notamment de l’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing , du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, ainsi que du ministre délégué, chargé des Ancien combattants, Kader Arif.

Le 18 juin 2010, jour anniversaire de l’Appel du général de Gaulle, le général de corps d’armée Marcel Bigeard disparaissait à l’âge de 94 ans.

En répondant au souhait de sa famille, et en respectant au plus près les dernières volontés du défunt, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a inauguré à la demande de sa fille Marie-France Bigeard, le 20 novembre à Fréjus sur le site du Mémorial des Guerres en Indochine, la stèle accueillant les cendres du soldat.

« Celui qui était aimé et admiré de tous avait en échange la passion de ses soldats. C’est pour cette passion que nous sommes réunis ici. En l’accompagnant au mémorial de Fréjus, nous ne rendons pas seulement hommage à son engagement en Indochine, nous saluons tous ceux qui comme lui furent engagés et y perdirent la vie pour la France», a déclaré le ministre lors de son message. «Un général de corps d’armée sorti du rang, c’est un très bel exemple d’élévation. Un très bel exemple pour nos armées et pour la République », a-t-il ajouté. Valéry Giscard d’Estaing, ancien président de la République était lui aussi présent lors de cet hommage. « Je suis ici pour deux motifs : la reconnaissance en tant qu’ancien chef des armées et la fidélité pour cet homme qui a rendu de grands services à la Nation de part ses missions. ».

Blessé cinq fois, titulaire de 24 citations individuelles, bien plus qu’un chef, le général Bigeard était un meneur d’hommes. Du stalag XII A, dont il s’évade après trois tentatives infructueuses, au maquis de l’Ariège ; des cuvettes de Ban Som et de Dien-Bien-Phu en Indochine aux djebels algériens ; de Madagascar au Sénégal, il n’avait de cesse de conduire ses hommes (appelés aussi les « lézards verts »).

Proche du musée des troupes de marine, le Mémorial des Guerres en Indochine abrite les corps de milliers de soldats morts pour la France. Il sera la dernière demeure du général Bigeard, qui, comme il le souhaitait, repose désormais entouré par ses compagnons d’armes, morts au combat en Indochine.

Source : ministère de la défense

fondatioxzbigard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page