Meghna Preloader

Recherchez un n° de brevet...

Créé le 1er juin 1946, le brevet de parachutiste militaire ou BPM dure 2 semaines.
La première semaine est consacrée à l'instruction au sol menée par des moniteurs à l'École des troupes aéroportées de Pau. Au cours de la deuxième semaine, six sauts à ouverture automatique, dits "SOA", sont effectués :
4 de jour, dont l’un avec ouverture du parachute de secours, dit "ventral" ;
2 sauts techniques, généralement répartis comme suit :
1 de nuit sans équipements ;
1 de jour avec l’ensemble de parachutage individuel.
Cependant, sur décision du commandement, il est possible d'être breveté avec seulement 5 sauts, dont un technique.
Les titulaires d'un brevet prémilitaire n’effectuaient [archive] que 3 sauts complémentaires de leur brevet PMP, 1 de nuit, 1 avec gaine d'armement et 1 avec ouverture du ventral, soit un total de 7 sauts pour leur brevet parachutiste militaire.
Depuis sa création, plus de 689 000 parachutistes ont été brevetés à l'École des troupes aéroportées de Pau.

AUX ORIGINES DES BREVETS PARACHUTISTES MILITAIRES

Les numéros de brevet jusqu'en 1945.

La liste qui suit présente des tranches de brevets par Unité d'attribution. Certaines tranches ont été attribuées en quelques mois (exemple : tranche 509/812 attribuée en 2 mois) d'autre en quelques années (exemple : tranche 230/319 attribuée en 2 ans). II en résulte un "chevauchement" de tranches et des inversions chronologiques déconcertantes... par exemple, le n° 395 est attribué en septembre 1940 alors que le n° 230 n'a été délivré qu'en mars 1941 !

Brevets
Unités
Dates d'attribution
Observations
1 à 229
601 et 602 GIA
04/37 à 06/40
n°1 Sauvagnac
230 à319 CIA 1 03/41 à 02/43  
320 2 et 3RCP 09/42  
321 2 et RCP 06/44  
322 à 394 2 et 3 RCP 05 et 06/44  
395 à 474 1 CIA / FFL 09/40 à 04/41 n°395 Cdt Bergé
475 à 499 divers Français et étrangers 10/40 à 04/44  
500 à 508 CIA 1 07/42 à 02/43  
509 à 812 1 BCP 02/43 à 04/43  
813 à 2037 1BCP et 1RCP 01/43 à 06/44  
2038 à 2075 moniteurs 82ème Airborne 06/44 dont Paul-Emile Victor
2068 à 2157 idem 03/43 à 09/44  
2158 à 2903 1BCP et 1RCP
1 et 4 BIA
1CIA et FFL
01/41 à 05/45  
2904 à 3382 2 et 3 RCP 02/43 à 02/44  
3383 à 4576 3BIA et 3RCP 05 et 06/45  
4577 à 5060 1RCP
BCRA et Jedburgh
1941 à 1945  
5061 à 5121 SOE et SAARF 1945 "rattrapages"

LA NUMEROTATION DES BREVETS PARACHUTISTES MILITAIRES

Centres de formation en métropole

Le COITAP (centre d'organisation et d'instruction des troupes aéroportées) date du 1 octobre 1945
Le CSTAP "centre d'entrainement au saut" au camp d'Idron
Le CETAP (Centre École) est créé le 16 avril 1946 à PAU (caserne Bernadotte)
L’ETAP est crée le 1er juin 1947 à Idron
puis devient La BETAP (base École) le 1er octobre 1953
la BETAP/AFN à Blida.
L’ETAP (à nouveau) date du 1er octobre 1963 au camp d'Astra à Pau

Années
N° attribués
Observations
1945
de 5.122 à 5.313
1ére promo brevetée le 22/09/45
1946
de 5.314 à 8.380
 
1947
de 8.387 à 21.174
 
1948
de 21.175 à 28.542 (1)
1948 : (1) 70° promo
1949
de 28.556 à 37.932 (2)
1949 : (2) 84° promo
1950
de 37.933 à 52.072 (3)
1950 : (3) 98° promo
1951
de 52.080 à 67.288
 
1952
de 67.289 à 75.071 (4)
1952 : (4) 150° promo
1953
de 75.072 à 84.549
 
1954
de 84.550 à 102.906
 
1955
de 102.911 à 110.793
 
1956
de 110.794 à 122.453
 
1957
de 122.568 à 136.806 (5)
1957 : (5) 373° promo
1958
de 136.807 à 151.245
 
1959
de 151.246 à 167.081 (6)
1959 : (6) 479° promo
1960
de 167.851 à 177.389
 
1961
de 180.782 à 189.722
 
1962
de 189. 730 à 205.528
 
1963
de 205.841 à 216.518
 

 

LA NUMEROTATION DES BREVETS PARACHUTISTES MILITAIRES (2)

Année
N° délivrés à l'ETAP
N° délégués au REP
1967 de 253.386 à 253.485 de 250.165 à 250.300
  de 253.582 à 262.000 de 262.001 à 262.300
  de 262.301 à 267.147 de 269.501 à 269.519
1968 de 267.148 à 269.500 de 269.165 à 269.787
  de 269.801 à 280.000  
  de 280.301 à 281.161  
1969 de 281.162 à 293.100 de 269.788 à 269.800
  de 293.401 à 294.178 de 280.001 à 280.300
    de 293.101 à 293.151
1970 de 294.179 à 308.250 de 293.152 à 293.318
1971 de 308.251 à 320.500 de 293.319 à 293.400
  de 320.901 à 320.967 de 320.501 à 320.648
    de 320.701 à 320.900
1972 de 322.968 à 335.450 de 320.649 à 320.700
  de 335.951 à 337.809 de 335.451 à 335.597
    de 335.751 à 335.950
1973 de 337.810 à 349.700 de 335.598 à 335.750
  de 349.751 à 350.501 de 349.701 à 349.750
  de 351.001 à 351.487 (11) de 350.502 à 350.726
1974 de 351.488 à 364.446 de 350.727 à 351.000
    de 365.700 à 365.782
1975 de 346.447 à 365.699 de 365.783 à 366.000
  de 366.001 à 372.700 de 372.701 à 372.890
  de 373.001 à 380.107  
1976 de 380.108 à 385.700 de 372.891 à 373.000
  de 386.001 à 391.050 de 375.701 à 385.886
  de 391.135 à 393.811  
1977 de 393.812 à 408.261 (12) de 385.887 à 286.000
    de 391.051 à 391.134
1978 de 408.262 (13) à 422.495  
1979 de 422.496 à 436.148  
1980 de 436.149 à 448.982  
1981 (14) de 448.983 à 461.910  
1982 de 461.911 à 474.309  
1983 de 474.310 à 485.717  
1984 de 485.718 à 497.679  
1985 de 497.680 à 508.741 (15)  
1986 de 508.742 à 517.870  

(7) Ainsi le 221.990 fut attribué après le 227.000
(8) Attribué le 29.12.1965
(9) 04.01.66 1° stick de la 787° Promo (Mono : S/C Bruegel)
(10) Le 232.800 fut attribué après le 240.304
(11) 108° Promo « Air »
(12) 400 000 Para Véran le 19 06 1977
(13) Lt Djahanbani (Téhéran)
(14) Sont exclus les B.I.P.M. ou brevets « sans étoile »
(15) 500 000 para Piétri le 14 05 1985

 

LA NUMEROTATION DES BREVETS PARACHUTISTES MILITAIRES (3)

 

Années
N° délivrés à l'ETAP
N° délégués au REP
1986 de 508.742 à 517.870  
1987 de 517.871 à 527.510  
  de 527.570 à 527.688  
1988 de 527.511 à 527.569  
  de 527.689 à 537.228  
1989 de 537.229 à 546.521  
1990 de 546.522 à 549.814  
  de 549.959 à 549.968  
  de 550.130 à 556.648  
  de 556.693 à 556.725  
  de 556.748 à 556.864  
  de 556.915 à 556.934  
  de 617.531 à 617.580  
  de 617.595 à 617.598  
  653.850  
1991 de 549.815 à 549.958  
  de 549.969 à 550.129  
  de 556.649 à 556.692  
  de 556.726 à 556.747  
  de 556.865 à 556.914  
  de 556.935 à 557.702  
  de 557.707 à 565.499  
  de 567.501 à 567.622  
1992 de 656.500 à 566.147  
  de 656.150 à 567.500  
  de 567.623 à 567.932  
  de 568.001 à 576.448  
1993 de 567.933 à 567.999  
  de 576.449 à 580.409  
  de 580.501 à 581.378  
  de 581.398 à 587.337  
1994 de 580.410 à 580.500  
  de 587.341 à 587.369  
  de 587.376 à 588.284  
  de 588.286 à 588.290  
  de 588.562 à 588.847  
  588.849  
  de 588.868 à 593.005  
  de 593.099 à 594.415  
  de 594.504 à 594.801  
  594.816  
  de 594.890 à 596.286  
  de 593.348 à 598.059  
  de 598.261 à 598.645  
  de 598.667 à 598.748  
1995 de 588.298 à 588.531  
  de 588.533 à 588.535  
  de 588.541 à 588.561  
  de 598.060 à 598.076  
  de 598.646 à 598.666  
  de 598.749 à 608.995  
  de 609.382 à 609.425  
  de 609.427 à 609.471  
  de 611.610 à 611.634  
  de 616.804 à 616.813  
  de 653.304 à 653.309  
  de 653.851 à 655.400  

LA NUMEROTATION DES BREVETS PARACHUTISTES MILITAIRES (4)

1996 de 598.077 à 598.260
  de 608.996 à 609.381
  609.426
  de 609.472 à 610.326
  de 610.366 à 611.609
  de 611.635 à 616.630
  de 617.072 à 617.332
  de 617.407 à 617.530
  de 617.581 à 617.594
  de 617.588 à 617.896
  de 617.898 à 617.994
  de 618.038 à 618.041
1997 de 616.631 à 616.641
  616.644
  de 616.646 à 616.647
  de 616.774 à 616.776
  616.779
  de 616.786 à 616.792
  de 616.824 à 616.887
  de 616.897 à 616.910
  de 620.040 à 620.528
  de 620.531 à 629.206
1998 de 616.888 à 616.895
  de 616.911 à 616.951
  de 616.959 à 617.071
  de 629.207 à 633.207
  de 633.211 à 633.212
  633.214
  de 633.551 à 633.957
  de 633.959 à 633.968
  633.970
  de 633.972 à 633.979
  de 633.982 à 633.990
  de 633.992 à 633.995
  de 633.997 à 636.658
1999 de 633.215 à 633.411
  de 636.660 à 640.613

 

PRESENTATION DES BREVETS PARACHUTISTES MILITAIRES

Le brevet parachutiste militaire est une qualification militaire française interarmée sanctionnant une formation et autorisant certains types de sauts en parachute en fonction du brevet.

Les brevets parachutistes sont au nombre de sept dans l'armée française :

  • Brevet de préparation militaire parachutiste (PMP)
  • Brevet d'instruction parachutiste militaire (BIPM)
  • Brevet parachutiste militaire (BPM)
  • Brevet de moniteur parachutiste
  • Brevet de chuteur opérationnel (SOCR)
  • Brevet de pilote tandem
  • Brevet d'instructeur au saut en ouverture commandée retardée (INSOCR).

 

 

Brevet de Préparation Militaire Parachutiste (PMP)

Lors de la période de conscription, la préparation militaire parachutiste (PMP) permettait aux jeunes gens qui l'effectuaient de :

  • marquer leur volonté de servir dans les troupes aéroportés au cours de leur service national ;
  • porter un insigne métallique particulier représentant leur qualification ;
  • surseoir d'une année à leur incorporation sous les drapeaux.
  • percevoir la solde à l'air dés leur incorporation pendant la période des classes.
  • donner une priorité sur le choix de leur affection

La PMP consistait en 2 semaines de formation dans un centre d'instruction pré-militaire parachutiste (CIPM) durant lesquelles l'élève effectuait 4 sauts.

Depuis la fin de la conscription, le brevet de préparation militaire est délivré aux jeunes citoyens qui ont effectué les JAPD et qui ont passé 2 à 3 semaines dans l'un des régiments parachutistes de l'armée de terre.

439 200 brevets ont été délivrés depuis la création de cette qualification.

 

Brevet d'initiation au Parachutisme Militaire

Créé en 1980 et ouvert au personnel militaire, sous-officiers et officiers, des formations non-TAP, le BIPM était obtenu à l'issue de quatre sauts. Plus de 10 000 brevets ont été ainsi délivrés, jusqu'en octobre 1994, date à laquelle il a été supprimé mais toujours autorisé de port sur les tenues de cérémonie.

Les élèves officiers de carrière de l'armée de l'air (recrutement direct « école de l'air » et « école militaire de l'air »), quelle que soit leur spécialité et sous réserve d'aptitude physique, peuvent obtenir le brevet d'initiation.

Le BIPM existe toujours et est, par exemple, proposé au cours de la formation des élèves officiers de l'armée de l'air. Il est délivré également lors d'échange avec des nations étrangères. L'armée de l'air le délivre, par exemple, depuis plusieurs années, a des militaires tadjiks, lors d'échanges annuels sur leur territoire.

 

Brevet parachutiste militaire

Créé le 1er juin 1946, le Brevet Militaire Parachutiste ou BMP dure 2 semaines.

La première semaine est consacrée à l'instruction au sol menée par des moniteurs à l'École des troupes aéroportées de Pau.

Au cours de la deuxième semaine, six sauts à ouverture automatique (SOA) sont effectués :

  • 4 de jour, dont l’un avec ouverture du parachute de secours (ventral);
  • 2 sauts techniques, généralement répartis comme suit :
    • 1 de nuit sans équipements ;
    • 1 de jour avec l’ensemble de parachutage individuel.

Cependant, sur décision du commandement, il est possible d'être breveté avec seulement 5 sauts (dont un technique).

Les titulaires d'un brevet prémilitaire n’effectuaient que 3 sauts complémentaires de leur brevet PMP (1 de nuit, 1 avec gaine d'armement et 1 avec ouverture du ventral), soit un total de 7 sauts pour leur brevet para militaire.

Depuis sa création, plus de 681 000 parachutistes ont été brevetés à l'École des troupes aéroportées de Pau.

 

Brevet de moniteur parachutiste

Créé en octobre 1946 dans la logique de la création du brevet de parachutisme militaire (BP), le brevet de moniteur parachutiste est passé par des sous-officiers en service dans les troupes aéroportées depuis plusieurs années.

Il est le gage d'une certaine expertise dans le domaine et permet à ses titulaires :

  • d'enseigner les techniques de base aux jeunes parachutistes ;
  • de diriger les séances de saut en tant que chef d'avion ;
  • d'être un expert des TAP au sein de son unité ;
  • d'être "largueur" après une période d'adaptation propre à chaque aéronef.
  • d'effectuer des sauts à ouverture commandées retardées

Son "équivalent" pour le corps des officiers est la qualification "OSTA" (officier spécialiste des techniques aéroportées).

Depuis sa création plus de 4 605 moniteurs ont été formés à l'ETAP.

 

Brevet de chuteur opérationnel

Crée en 1965, ce brevet permet aux parachutistes qualifiés de faire des sauts à des altitudes comprises entre 1 200 et 4 000 mètres. Ces sauts sont dits à "ouverture commandée retardée" (SOCR), puisque le déclenchement de l'ouverture du parachute est fait à l'initiative du parachutiste après une phase plus ou moins longue de chute.

Il existe un pendent de ce brevet, le brevet de "chuteur spécialisé", délivré par le CASV, au profit des unités de l'armée de l'air. L'insigne est légèrement différent.

2 620 "chuteurs" opérationnels ont été formés jusqu'à présent.

 

Brevet d'instructeur parachutiste (SOCR)

Le sigle SOCR signifie : saut à ouverture commandée retardée.

Ce Brevet, uniquement délivré par l'école des troupes aéroportées (ETAP), permet aux officiers ou sous-officiers titulaires de former les "chuteurs" militaires ainsi que les moniteurs parachutistes. Ce stage, créé en 1974 a permis de former 433 instructeurs dans toute l'armée française.

 

HISTORIQUE ET MISSIONS DE L'ETAP

L'école des troupes aéroportées trouve son origine à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Elle est l'aboutissement des différentes réorganisation des troupes aéroportées sur le territoire français. Les différentes phases qui ont mené à sa constitution peuvent se résumer ainsi :

CETAP

 

 

BETAP

 

 

ETAP

 

 
  • Avril 1945 :
    Création de l’école de parachutistes à Lannion. Cette école dépend de l’armée de l’air mais est chargée de former les parachutistes des trois armées (terre-air-mer)
  • 1er octobre 1945 :
    Création du COITAP (centre d’organisation et d’instruction des troupes aéroportées) à Mont-de-Marsan, sous les ordres du Général Bonjour de la 24e DAP.
  • Février 1946 :
    L’école de parachutisme est déplacée à Pau Idron.
  • 16 avril 1946 :
    Création du CETAP (centre école des TAP) à Pau, à partir de l’école des parachutistes, dissoute le 1er mai, du COITAP et du centre d'instruction de la 25e DI.
  • 1er juin 1947 :
    Le CETAP devient ETAP (école des troupes aéroportées). Cette école dispense à la fois l’instruction parachutiste et l’instruction tactique orientée vers le combat « choc ».
  • 1er octobre 1953 :
    L'ETAP reçoit en plus de sa mission d'école un rôle de base opérationnelle et devient ainsi la BETAP (base école des troupes aéroportées) aux ordres du Colonel Edel. Elle s'installe au camp d'Astra au nord de Pau.
  • 1er octobre 1963 :
    La BETAP perd sa mission de base aéroportée au profit de la BOMAP (base opérationnelle mobile aéroportée) et retrouve son appellation d'ETAP sous les ordres du colonel le Borgne.

L’école assure la formation des parachutistes, encadrement et hommes du rang, mais également celle des largueurs de personnels et des largueurs/arrimeurs de matériel (livraison par air).

L’ETAP délivre les différents brevets de parachutisme militaire (BIPM , brevet PMP et BPM) et dispense également des formations qualifiantes de spécialisation (moniteur, chuteur opérationnel et instructeur au saut à ouverture commandée retardée).

Ses autres missions sont la participation aux études et expérimentations parachutistes, la coopérations internationales et la promotions de la culture parachutistes.

LES BREVETS PARACHUTISTES ACTUELS DE L'ARMEE DE L'AIR

(origines)

Aux origines, il faut savoir que le Centre militaire de parachutisme de l’Ecole de l’air est créé le 09 janvier 1954 par décision ministérielle n°307/EM.FAA.5/PN.
Depuis la création et jusqu’en 1960, les élèves pratiquent le parachutisme sur la Base aérienne de Salon de Provence avec pour dessein, une initiation à cette activité valorisante qui peut, par ailleurs, s’avérer utile à un futur pilote contraint à évacuer son appareil. Elle est ouverte à tous les élèves volontaires quelles que soient leurs spécialités d’origine.
Entre 1954 et 1960 l’activité annuelle est de l’ordre de 2 sauts à ouverture automatique (S.O.A) par élève. Elle concerne 95% de la population des promotions de l’Ecole de l’air et 74% de celle de l’Ecole militaire de l’air (E.M.A.)
Devant l’intérêt croissant des élèves pour le parachutisme, l’Etat-major de l’armée de l’air, conscient de la plus value occasionnée,  décide le 05 avril 1960, en accord avec l’Etat-major de l’Armée de terre (E.M.A.T), de délivrer aux élèves ainsi qu’à leur encadrement le brevet militaire de parachutisme (B.M.P) « troupe » Note n°272/EMAA/5/PN.
Les 20 heures d’instruction au sol et les 6 sauts de la phase en vol sont exécutés au sein de l’Ecole de l’air sous contrôle de l’Officier T.A.P, commandant du centre.
Le premier brevet T.A.P (n°158383) est délivré le 26 octobre 1960 à l’Aspirant Bandavong Somloph (Laos).
La pratique du parachutisme devient obligatoire pour la spécialité « personnel navigant » (P.N).
En 1964 le commandant du C.M.P devient Officier supérieur adjoint à l’instruction militaire (O.S.A.I.M). A ce titre, il seconde le commandant des promotions dans les domaines du parachutisme et de l’instruction militaire.
De 1960 à 1980, l’activité du C.M.P va croître jusqu’à atteindre une moyenne annuelle de 3000 sauts et de 180 brevets.
En 1980, par souci d’économie des moyens, l’E.M.A.T décide de créer un brevet d’initiation au parachutisme militaire (B.I.P.M) pour les personnels n’ayant pas une vocation de « troupes aéroportées », c’est à dire :
- les élèves-officiers des grandes écoles militaires
- les personnels de l’Ecole de formation initiale du personnel navigant (EFIPN) 

- les personnels de la garde républicaine.
Ce B.I.P.M est validé après 4 descentes sous voile, au lieu de 6 pour le B.M.P.
L’instruction au sol et la phase en vol sont toujours réalisées au sein même de l’Ecole de l’Air.
En 1990, sur demande de l’E.M.A.T qui souhaite renforcer les contacts entre les futurs pilotes de transport et les T.A.P, il est décidé d’envoyer tous les élèves à l’E.T.A.P pour l’obtention de ce brevet. Mais cette solution s’avère onéreuse pour l’Armée de l’air.
Aussi, seuls les élèves-officiers des promotions de l’Ecole de l’air (E.A), de l’Ecole du commissariat de l’air (E.C.A) et du cours spécial de l’Ecole de l’air (C.S.E.A) seront brevetés à Pau. Les élèves officiers de l’Ecole militaire de l’air ainsi que ceux de l’Ecole Polytechnique continueront de sauter à Salon.
Cependant certaines écoles militaires désirent valoriser la formation parachutiste par un retour du B.M.P. D’autre part, les contraintes budgétaires de l’époque imposent des économies. Le 07 janvier 1994, l’E.M.A.T supprime le B.I.P.M. et l’action de formation correspondante.
L’officier T.A.P devient Officier de liaison de l’Armée de Terre (O.L.A.T) au sein du Détachement du groupement des fusiliers commandos (G.F.C.A) de l’Ecole de l’air.
L’E.M.A.A désirant conserver le parachutisme en tant qu’activité d’aguerrissement valorisante, un projet de brevet d’initiation spécifique « air » naît alors. Le B.I.P.M. Air voit ainsi le jour, le 30 juin 1995, par Décision ministérielle n°1474/DEF/EMAA/C.O.AIR/ACTI.2.
En 1994, l’Ecole de l’air accueille la formation des élèves-officiers du personnel navigant (E.O.P.N) pour lesquels l’obtention du B.I.P.M.Air est rendue obligatoire. A compter de cette date, l’activité parachutiste s’établit définitivement sur la plate-forme de la base Ecole de Salon. La remise d’un diplôme et d’un insigne métallique sanctionne ce brevet labellisé " air". Dès 1995, les moyens (parachutes, aéronefs, moniteurs) indispensables à l’activité parachutiste appartiennent désormais à l’Armée de l’air. En 2001, le poste de l’O.L.A.T est supprimé.

    LES BREVETS PARACHUTISTES ACTUELS DE L'RMEE DE L'AIR (1)

    Aujourd’hui, à l’exception des militaires du rang des unités de protection et d’instruction, tous les personnels fusiliers commandos du C.F.P.S.A.A, sont brevetés parachutistes.
    C’est en 1995, sous l’impulsion du Général d’armée aérienne J.C. LARTIGAU, inspecteur général de l’armée de l’Air qu’a été décidée la création des brevets parachutistes de l’Armée de l’air. Les différents modèles seront alors dessinés par le Colonel J.P. VINCIGUERRA qui s’inspirera des brevets du personnel navigant. On y retrouve systématiquement l’aile, la couronne de laurier et l’étoile.
    L’Etat-major de l’armée de l’air homologue alors  les brevets parachutistes de l’armée de l’air créés, par décision n°1474/DEF/EMAA/C.O.AIR/ACTI2 du 30 juin 1995. Ils seront fabriqués par les établissements Coinderoux à Paris.
    Depuis cette date, la décision d’accorder ces brevets appartient au général commandant le commandement les fusiliers commandos de l’air, aujourd’hui C.F.P.S.A.A. Ils sont enregistrés par la Direction du personnel militaire de l’armée de l’air (D.P.M.A.A.).

        LES INSIGNES ET BREVETS DELIVRES PAR L’ARMEE DE L’AIR
     

    Insigne en tissu du brevet de parachutiste de l’armée de l’air:
    Il est créé en 1936 et porté par le personnel de l’infanterie de l’air de 1937 à 1940 composée des 601 et 602ème G.I.A. L’insigne est repris par le R.C.P. jusqu’en 1946. Le port en est réglementé par un certificat ; L’insigne est brodé en argent, les ailes et l’étoile en fils dorés.
    Il est important de souligner que par décision ministérielle n°349/EMGA/35 du 31 juillet 1945, l’armée de l’air « cède » ses troupes aéroportées à l’armée de terre.

     

    Insigne de parachutiste de l’infanterie de l’air:
    Il se présente comme l’insigne de sous-spécialité parachutiste d’essai (insignes mobiles spéciaux du personnel navigant de l’armée de l’air) Homologué en 1949, cet insigne devient en juillet 1970, l’insigne porté par les titulaires du brevet militaire de parachutiste d’essai. Ailes, parachute et étoile d’or, couronne de lauriers d’argent composent cet insigne. Crées en 1956, les commandos parachutistes de l’air sont classés dans le personnel navigant à compter du 14 novembre 1956, leur brevet est homologué en brevet militaire de parachutiste de l’infanterie de l’air.

     

    Insigne de saut de motivation:
    Il est accessible aux militaires techniciens de l’air (M.T.A.), aux fusiliers commandos de l’air et conducteurs de chiens ne pouvant obtenir le brevet militaire de parachutisme (B.M.P) délivré par l’E.T.A.P. Il est délivré à l’issue de deux sauts. L’aptitude médicale est requise et il est nécessaire d’avoir reçu l’instruction adaptée à ce type de saut.

     

    Brevet d’initiation au parachutisme militaire de l’armée de l’air:
    Ce brevet est délivré aux élèves officiers de l’école de l’air et de l’école militaire de l’air, au personnel fusilier commando et au personnel affecté dans les unités d’intervention du C.F.P.S.A.A quelle que soit leur spécialité, à l’issue de la période de formation et l’exécution de quatre sauts dont un avec ouverture du parachute de secours. Ce brevet est numéroté, un diplôme est attribué par le général commandant le C.F.P.S.A.A. Il est composé des ailes d’or, du parachute et des lauriers d’argent.

     

    Brevet militaire de parachutiste de l’Armée de l’Air :
    Il est délivré exclusivement au personnel spécialiste fusilier commando de l’air et au personnel affecté dans les unités d’intervention du C.F.P.S.A.A, quelle que soit leur spécialité.
    Les conditions d’attributions sont les suivantes :
    - être titulaire du brevet militaire de parachutisme délivré par l’école des troupes aéroportées
    - avoir effectué au minimum 30 sauts à ouverture automatique
    - avoir effectué au centre de saut en vol un saut à ouverture automatique de jour avec équipement (gaine et armement) prolongé par un exercice au sol et un saut de nuit à ouverture automatique avec équipements complet prolongé par un exercice au sol.

     

    Brevet militaire de parachutiste spécialisé:  

    Ce brevet numéroté et accompagné d’un diplôme est délivré par le général commandant le C.F.P.S.A.A. Composé des ailes et d’une étoile d’or, du parachute et des lauriers d’argent.
    Il sanctionne l’aptitude du personnel cadre et engagé fusilier commando de l’air affecté en unité d’intervention à effectuer des sauts à ouverture commandée avec charge. Le brevet numéroté et le diplôme qui l’accompagne sont délivrés par le général commandant le C.F.P.S.A.A.

    Composé des ailes et de l’étoile d’or, du parachute, des lauriers d’argent et de cinq petites étoiles d’azur.

Les brevets parachutistes